La disruption numérique : ouverture ou rupture ?

Le 22 septembre dernier, Ad Ultima Group a réuni ses clients pour un après-midi captivant et une exquise soirée culinaire. Vous découvrirez lors des prochaines semaines, notre compte-rendu de chaque présentation et leurs intervenants. Commençons dès maintenant par le thème de la disruption, avec Jo Caudron.

Jo Caudron, l’un des pionniers d’Internet en Belgique, est au fait des toutes dernières avancées technologiques et observe les tendances d’un œil acéré. Selon lui, le meilleur pronostiqueur de mutations au niveau du marché est la disruption, un terme souvent utilisé à tort et dont le sens premier est plus d’actualité que jamais.

Qu’est-ce que la disruption ?

Le terme de disruption numérique désigne toute technologie nouvelle qui ébranle fortement les modèles d’entreprise existants. La vidéo à la demande et Netflix ont supplanté nos vidéothèques, Spotify a fait chuter les ventes de CD et Uber met la législation et les sociétés de taxis sous pression. Jo Caudron appelle ces exemples des licornes. Cependant, les disruptions à plus petite échelle sont plus fréquentes et leurs conséquences ne sont pas toujours aussi radicales. Blendle a ainsi obligé quelques magazines de la presse écrite à revoir leur mode de fonctionnement, et Meerkat et Periscope ont ouvert la voie à de nouveaux procédés télévisuels.

Puisque refuser la disruption ou la contourner se solde toujours par un échec, il est plus judicieux de transformer cette menace en une opportunité de développement, autrement dit, tout un art. Jo Caudron est formel : « La disruption numérique est bien réelle. Attendez-vous à prendre une vraie claque. Exploitez-la pour apporter des transformations radicales à votre modèle d’entreprise ».

Reconnaître la disruption numérique à temps

Les transformations affluent par vagues de cinq ans environ, que Jo Caudron compare à des montagnes russes. Dès que la disruption touche votre secteur, c’est parti pour un tour, que vous le vouliez ou non. Au début, vous ne remarquez presque rien, vous montez tranquillement mais avant même de vous en apercevoir, voilà que vous abordez la descente. Il est alors trop tard pour réagir. Pour Jo Caudron, la clé est de reconnaître à temps les nouvelles technologies et de comprendre plus vite que la concurrence leur impact sur votre secteur.

Disruption. Modélisation. Transformation. Répétition.

Pour faire de la disruption une transformation positive, vous devez oser repenser entièrement votre modèle d’entreprise. Le numérique atteint toujours le cœur de votre stratégie et ses répercussions touchent tous les services de l’entreprise. Jo Caudron compare l’entreprise à un cuirassé, qui se comporte comme il doit mais qui n’est pas aussi manœuvrable qu’une flotte. Plus souple, la flotte permet de répartir les activités entre de plus petits bateaux semi-autonomes, qui peuvent intervenir rapidement si nécessaire. Pour passer d’un cuirassé à une flotte, vous devez chambouler radicalement la culture de votre entreprise et intégrer l’aspect numérique de manière transversale au lieu de le considérer comme une tâche à part. Volkswagen est un cuirassé et Tesla, une flotte qui investit en permanence dans de nouveaux bateaux (des start-ups) qu’elle intègre ultérieurement.

Lancez-vous dès que possible dans la définition d’un plan numérique détaillé qui reprend tous les aspects de votre produit. Nommez un directeur de la stratégie numérique parallèlement au chef de la direction. Ne jetez pas vos ressources, renouvelez-les rapidement et bien. Optimisez ou intégrez immédiatement la disruption. Jo Caudron insiste : « N’ayez surtout pas peur de vous éloigner de votre activité principale. Cannibalisez-vous avant que quelqu’un d’autre ne le fasse ».

Êtes-vous prêt pour la disruption numérique dans votre secteur ?