Réalité virtuelle : quelles applications industrielles ?

On connait depuis plusieurs années les usages industriels de la réalité augmentée, mais on sait moins que la réalité virtuelle peut aussi se faire une place dans les bureaux d’étude. Plus connue pour son potentiel ludique, la réalité virtuelle trouve pourtant désormais des applications dans des secteurs très divers, et en particulier chez les constructeurs automobiles.


Réalité augmentée ou réalité virtuelle ?

Réalité augmentée et réalité virtuelle sont souvent confondues, et pour cause. Ces deux technologies sont nées quasi-simultanément avant de connaître des destins relativement proches, du jeu vidéo aux entreprises en passant par les dispositifs artistiques et publicitaires. Elles reposent cependant sur des procédés bien distincts. La réalité augmentée consiste comme son nom l’indique à ajouter, ou à superposer, à la réalité physique des éléments virtuels. Des données contextuelles peuvent ainsi être affichées sur un dispositif visuel pour faciliter la prise de décision. La réalité virtuelle quant à elle plonge entièrement son utilisateur dans un monde virtuel, la plupart du temps en trois dimensions, créé de toutes pièces par des designers graphiques. Deux logiques bien différentes donc qui induisent des applications productives propres à chacune.

[Article >> Maintenance prédictive : quelle place pour les dispositifs intelligents ?]

Des maquettes virtuelles pour accélérer le prototypage

L’une des applications les plus courantes de la réalité virtuelle dans le secteur industriel est aujourd’hui celle qui consiste à concevoir des maquettes virtuelles sur lesquelles sont ensuite effectuées des simulations. Une maquette virtuelle de véhicule peut ainsi être conçue et réalisée en quelques jours où quelques semaines là où la construction d’un prototype physique aurait parfois nécessité plusieurs mois de travail. Si les simulations en réalité virtuelle ne peuvent tout à fait remplacer un test grandeur nature, elles permettent cependant d’anticiper un grand nombre de problèmes techniques et logistiques. Elles induisent donc systématiquement d’importantes économies de temps et d’argent.

Des outils de formation pour les situations extrêmes

Les simulations en réalité virtuelle produisent des expériences extrêmement immersives reproduisant au plus près des expériences réelles. A ce titre, elles sont un support idéal pour la formation de techniciens spécialisés dans les terrains dangereux ou peu accessibles. Lorsqu’un geste nécessite d’être exécuté à la perfection, comme c’est par exemple le cas dans certains métiers du nucléaire ou de l’industrie pharmaceutique, il est nécessaire de le répéter de nombreuses fois. La réalité virtuelle offre ainsi un terrain d’exercice à moindre coût et parfaitement modulable.

[Article >> Industrie 4.0 : cette transformation technologique qui est aussi culturelle]

Un espace de collaboration virtuelle

Lorsque deux dispositifs de réalité virtuelle sont insérés dans le même environnement virtuel, leurs usagers peuvent collaborer à distance sur les produits simulés et ainsi échanger comme lors d’une réunion de travail traditionnelle. Plus réaliste et plus interactive qu’une simple réunion visio, la collaboration en réalité virtuelle se révèle mieux adaptée aux tâches de prototypage et de design d’objets. Il est ainsi probable que cet usage à des fins de télétravail entièrement virtuel ait gagné en popularité à l’occasion des épisodes de confinement liés à la pandémie de COVID-19.

Encore mal connue il y a peu, la réalité virtuelle trouve chaque année de nouvelles applications dans des secteurs extrêmement divers. Ses usages à des fins de simulation et de collaboration gagnant progressivement en maturité, il est probable qu’elle se fera beaucoup plus présente dans les entreprises industrielles au cours des années à venir.