Réalité augmentée et internet des objets : l’usine du futur est faite de données

La dernière fois que la réalité augmentée a fait les gros titres, elle révolutionnait le jeu vidéo avec « Pokemon Go ». Aujourd’hui, elle transforme l’industrie : secteur bien moins médiatique mais autrement plus exigeant technologiquement. Si l’idée d’équiper des collaborateurs de casques transformant la réalité environnante relevait il y a quelques années encore de la science-fiction, c’est une réalité pour un nombre croissant d’entreprises de nombreux secteurs : de l’aéronautique au nucléaire en passant par les transports et l’industrie manufacturière.

La réalité augmentée ne doit pas être confondue avec la réalité virtuelle.

Là où la première permet d’agir sur le réel en y ajoutant des informations, la seconde immerge totalement l’utilisateur dans une réalité alternative. C’est de la complémentarité du virtuel et du réel, caractéristique de la réalité augmentée, que les principales applications industrielles de cette technologie tirent leur force.

Le rythme des innovations techniques s’accélère et entraîne une demande constamment renouvelée de formation des ouvriers spécialisés.

Dans les secteurs des industries innovantes, de simples opérations de maintenance peuvent demander le savoir-faire de trois spécialistes différents sans que l’on puisse toujours savoir lequel sera effectivement mobilisé. Dans ce type de situations, les casques de réalité virtuelle permettent à un collaborateur distant d’indiquer visuellement et sans risque d’erreur les pièces sur lesquelles il est nécessaire d’intervenir ainsi que la méthode à appliquer. On peut ainsi imaginer qu’un certain nombre de spécialistes n’aient plus à se déplacer qu’exceptionnellement et deviennent des conseillers virtuels dont la productivité serait largement supérieure à celle d’équipes de terrain constamment en transit entre deux chantiers. Ils seraient dès lors plus disponibles et feraient gagner en qualité des interventions sont aujourd’hui réalisées sans leur concours faute de temps ou faute d’en avoir compris la nécessité suffisamment tôt.

Des données techniques accessibles en un clin d’œil

Si la réalité augmentée ouvre la voie à de nouvelles méthodes de collaboration à distance, elle est également utile aux ouvriers dont la tâche nécessite d’accéder à une documentation importante. La complexification des infrastructures industrielles explique là encore l’utilisation d’outils permettant de visualiser des informations techniques toujours plus variées. En se synchronisant avec les progiciels de gestion (ERP), les solutions de gestion du cycle de vie des produits (PLM) ou de conception assistée par ordinateur (CAO), ces équipements donnent accès intuitivement à l’ensemble des données liées à la tâche en cours. Plan en trois dimensions de la machine maintenue, caractéristiques et historique de l’ensemble des pièces qui la constituent, et données d’utilisation sont rendus disponibles sur une interface visuelle qui s’adapte au chant de vision du technicien.

L’internet des objets au service des techniciens

Ces données peuvent être téléchargées manuellement via un réseau local ou internet, mais il est également possible d’envisager un affichage automatique déclenché par la lecture de puces intégrées aux pièces elles-mêmes ou disposées à leur côté. C’est l’internet des objets : les outils de travail communiquent entre eux et anticipent les besoins du technicien. Loin de relever du gadget, ces fonctionnalités améliorent significativement la qualité des interventions, ne serait-ce qu’en rendant les informations accessibles en toutes circonstances y compris dans des conditions difficiles fréquemment rencontrées: exiguïté, indisponibilité des mains, humidité et chaleur importantes, etc.

Réalité virtuelle et internet des objets (IoT) : d’une révolution à l’autre

La disponibilité permanente des données techniques, rendue possible par l’internet des objets, est une condition de l’usage de la réalité augmentée comme facteur d’accroissement de la productivité et de la qualité, mais elle rend également possible une nouvelle révolution : la maintenance prédictive. En analysant en temps réel le cycle de vie et les données d’usage de toutes les pièces d’une machine, il est possible de prévoir avec une faible marge d’erreur le moment de sa prochaine panne supposée et donc de l’anticiper en prévoyant une intervention. En rendant possible les usages de la réalité augmentée et de l’internet des objets, les données tracent les contours d’une usine du futur ménageant productivité et amélioration des conditions de travail.

Christophe Tribouillard

Des questions ou besoin d'aide?

Contactez notre collègue Christophe Tribouillard